MediasCitoyens

« Voir le soleil naître différemment », entretien avec Chico Whitaker

A lire sur le site Forum de Lyon

Le site "Forum de Lyon" vient de publier la retranscription écrite de l’entretien avec Chico Whitaker enregistré cet été lors des Dialogues en Humanité de Lyon et publié sur mediascitoyens.org.

Nous en publions ici un extrait, pour lire la version intégrale, rendez-vous sur le site Forum de Lyon

Retrouvez l’intégralité de l’entretien sur le site Forum de Lyon

Retrouvez les enregistrements audio et vidéo sur mediascitoyens.org

Extrait :

A t-on véritablement le choix de qui on élit par rapport à la politique que l’on souhaite ? Je m’explique : est-ce qu’il y a dans le monde un seul candidat qui serait en mesure de dire « je vais mettre en place la politique pensée dans les forums sociaux aujourd’hui par la société civile » ? [9min41]

Jamais (rires). En fait, voilà le problème : quand on parle de nouveau mode d’emploi il ne faut pas penser que par l’élection d’un président ou de je ne sais pas qui les choses vont changer. Ils ne seront qu’un élément parmi d’autres, ils donneront un coup de pouce ici et là mais ils seront complètement pris par le système. Et s’ils ne sont pas d’accord avec le système dominant alors ils seront mis dehors.

Tous ceux qui ont essayé de changer les choses, de changer vraiment, on été mis dehors. D’aucuns ce sont suicidés devant l’impossibilité de pouvoir changer les choses. Le changement vient de toute la société qui peut élire les bons hommes politiques, les contrôler, les aider et exercer des pressions pour qu’ils prennent les bonnes décisions. C’est un ensemble et c’est la société civile qui l’impulse. Le livre parle aussi de ça : un des buts des forums sociaux mondiaux c’est de dire « la société civile est un acteur aussi important que les partis politiques ». Et elle permet de travailler dans une autre logique : celle de l’horizontalité contre la pyramide des pouvoirs, d’articulation et d’apprentissages mutuels. C’est ça le changement. Et cet ensemble de choses qui va permettre de changer le monde. Et c’est nouveau [11min24]

Cette pyramide des pouvoirs on vous a entendu ce matin, dire qu’il serait bon de la renverser, de la faire tenir sur son sommet. [11min31]

Oui, en fait c’est un peu ça. La pyramide est une logique qui fait que les gens travaillant à l’intérieur cherchent à monter dans la pyramide. Plus haut toujours plus haut. Et avec les meilleures des intentions parfois : « en arrivant là-haut je vais faire le Bien pour tout le monde ». Pour monter c’est la compétition pour le pouvoir : j’écrase mon ami, mon voisin parce que c’est la façon de monter un peu plus. Je mets les pieds sur son cou pour monter un peu plus. Ça c’est la pyramide, tournée vers elle-même, vers le sommet.

Si on inverse la pyramide, sa base qui est le peuple devient ce qui commande les choses et les gens qui sont en bas sont à leurs service. Ça c’est un changement de paradigme. C’est la politique vue comme un service aux gens et non pas comme un pouvoir sur les gens. [12min39]

Puisqu’on parle de radio et de télévision, quelle place, dans cette métamorphose, pouvez-vous donner aux médias ? Quels rôles peuvent-ils jouer ? [12min50]

Le pouvoir éducatif. Le pouvoir pédagogique. Tout se passe dans le monde selon les règles de la compétition. Par exemple, les médias accordent une place et une valeur énorme au foot, aux courses de Formule 1, aux premiers de la classe… ça c’est l’idéologie de la compétition pour monter dans l’échelon politique et même de la connaissance. À l’intérieur des universités, par exemple, c’est terrible la lutte pour monter en haut. Les médias ne remettent pas ça en question. Ils ne sont pas comme le vôtre qui essaie d’ouvrir les yeux des gens. Ils sont au service du système et ne mènent qu’un travail de maintien de ces valeurs en donnant tout son poids à la compétition. Jamais à la coopération. [13min55]

Une de vos voisines au Venezuela, la présidente de Vive Télévision disait : « Comment changer le monde sans changer les médias ? » Est-ce que finalement les médias dont vous parlez, les médias dominants, ne sont pas une arme de manipulation massive ? [14min10]

Totalement ! D’ailleurs, les armes de destruction massive sont très dangereuses mais les armes de cooptation massive sont plus dangereuses que ça. Et les médias font de la propagande pour le commerce. Le commerce qui nous fait croire qu’il faut avoir une troisième voiture, qu’il faut acheter chaque fois plus, qu’il faut paraître chaque fois plus beau, être des consommateurs jusqu’au bout. Ça ce sont des armes de cooptation massive. Le système domine le monde parce que maintenant tout le monde ne veut qu’acheter. Acheter le plus beau, vivre de façon plus confortable que son voisin, avoir plus de choses que lui et être mieux vu que les autres. Donc changer les médias ça dépend de l’ensemble. On ne change pas les médias d’en haut, par un ordre d’un ministère ou autre. Les médias vont changer si les gens qui travaillent dans les médias les changent de l’intérieur. Ils ne vont pas non plus changer leur entreprise mais ils vont au moins introduire des nouvelles valeurs et des nouvelles questions.

Par exemple, au-delà de la question des médias, prenons le choix de la profession : si je dis « je suis contre les armes nucléaires » mais que je travaille dans une entreprise qui fabrique de telles bombes je suis incohérent. Si dans l’armée il n’y a que des objecteurs de conscience il n’y aura plus de soldats et l’armée ne peut rien faire sans soldats. Si tous les soldats se réveillaient en refusant d’être de simples machines à tuer des gens mais en se voulant citoyen. C’est ce genre de changements qui sont en train de se passer dans le monde entier. Dans le monde entier il y a des objecteurs de conscience et les grands médias, à ce moment-là, disent « ce ne sont pas des patriotes. Ce sont des gens qui sont contre la patrie alors qu’elle est en danger devant l’ennemi ». Tout cela se mêle et c’est un problème culturel et d’action de chacun. [16min52]

J’ai l’exemple incroyable de la fille d’un ami qui fut invitée à travailler à Matra à un poste très spécialisé. Quand elle a su que Matra fabriquait des armes, elle refusa le poste. Elle a certainement pris un emploi beaucoup moins rentable mais elle était plus heureuse avec sa conscience. Ce genre de changement est du même calibre que les objecteurs de conscience, que ceux qui vivent de la simplicité volontaire pour ne pas être des consommateurs à outrance. Ce sont des gens qui pensent à l’écologie dans leur vie commune et il y a pas mal de gens qui sont déjà dans cette perspective. [17min33]

Des professeurs de l’université de Berkeley, aux États-Unis, ont fait une enquête pour étudier le comportement des Américains dans leur vie quotidienne. Leurs résultats étaient mauvais, ils ne comprenaient pas certaines réponses et il y avait des inconsistances statistiques. Ils ont approfondis leur enquête et ont pris la partie qui sortait des moyennes normales et recoupés leurs résultats avec d’autres enquêtes et ont découvert que 16% des Américains vivent déjà selon un modèle différent de l’ « American Way of Life ». C’est-à-dire qu’ils ne vivent pas pour acheter des voitures ou n’importe quoi. Ils ont une conscience sociale plus développée, ils s’intéressent au reste du monde, etc. Ce n’est pas l’Américain typique. 16% ! Ça fait environ 50 millions de personnes aux États-Unis ! Le seul problème c’est qu’ils sont isolés. Ce sont de petites communautés ou des personnes isolées. Le but pour nous c’est de les lier entre eux et leur faire comprendre qu’ils sont une force beaucoup plus grande que ce que l’on pense. Le système nous domine en tant que masse et ces gens qui sortent de la masse sont isolés et n’ont pas la force suffisante pour résister.

Mais cette même enquête a été faite avec les mêmes méthodes en France et au Japon et a donnée le même résultat : autour de 16% des gens vivaient déjà marginalement. Ces gens sont appelés les « créatifs culturels ». [19min30]

L’autre jour je parlais à quelqu’un qui, comme moi, s’est engagé dans la lutte anti-nucléaire. Il m’a dit : « si vous venez en France, venez chez moi, l’électricité n’est pas celle d’EDF ». C’est-à-dire qu’il a une maison qui utilise un système d’électricité éolien ou solaire. S’il se lie à d’autres on aura une masse de gens qui seront en dehors des 98% de ceux qui constituent le système. Et peut-être un jour on pourra voir le soleil naître différemment. [20min42]

Retrouvez l’intégralité de l’entretien sur le site Forum de Lyon


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1033851

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Grands témoins   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2c + ALTERNATIVES

Creative Commons License