MediasCitoyens

Radio Numérique Terrestre : le coup de grâce ?

Selon Les Echos, le gouvernement aurait décidé de ne pas demander de fréquence pour Radio France sur la Radio Numérique Terrestre (RNT). Le désengagement du service public radiophonique pourrait bien sonner le glas de ce projet qui voulait recréer dans l’ère numérique, les équilibres démocratiques du paysage radiophonique actuel.

Navigation rapide

Lundi 2 juillet 2012. La nouvelle vient de tomber comme un couperet. L’article des Echos bouillonne sur les réseaux sociaux : Le gouvernement enterre la radio numérique terrestre. Selon le quotidien économique, l’Etat ne préemptera pas de fréquence sur la RNT, ce qui de toute évidence, marquera un coup d’arrêt, voire l’arrêt de mort du projet porté à bouts de bras par le CSA depuis des années. La décision devrait être confirmée cette semaine lors d’une réunion interministérielle à Matignon.

Espoirs déçus

Peu avant les élections, le CSA venait de relancer les appels à candidatures pour la RNT sur les zones de Paris, Lille et Marseille, annonçant aussi le calendrier des autres appels, étalés sur un an. Un appel à candidatures, alors perçu comme un appel au soutien du futur gouvernement de gauche. Espoirs déçus, c’est précisément le gouvernement Ayrault qui semble aujourd’hui vouloir porter le coup de grâce à la RNT.

Sans Radio France, la RNT, déjà privée des plus grands groupes privés (RTL, NRJ, Nextradio, Lagardère) ne serait que l’ombre d’un paysage radiophonique décomposé entre la FM, la RNT et les futures formes de diffusion par IP Mobile tant attendues par ces grands groupes.

La fin de la RNT serait d’autant plus un soulagement pour ceux-ci, qu’elle serait une cruelle désillusion pour les radios indépendantes (comme FG, Nova...) qui y voyaient une extension nationale de leur diffusion. Désillusion aussi pour les associatives pour qui RNT rime avec régulation publique.

Le CSA maintient

En attendant, selon l’AFP, Radio France se refuse à tout commentaire avant l’annonce officielle par le gouvernement. De son côté, le CSA maintient fermement le cap, annonçant à l’agence de presse : "La procédure de cet appel à candidatures ira à son terme, même si cette information nous était confirmée. Nous nous sommes engagés auprès du Conseil d’Etat à délivrer les autorisations sur ces trois zones avant la fin de l’année".

Pour expliquer cette décision, les observateurs évoquent l’influence de David Kessler, auteur il y a deux ans d’un rapport très prudent proposant un moratoire sur la RNT. David Kessler est aujourd’hui conseiller de François Hollande en charge de la culture et des médias.

Haut débit mobile et bande L

Parallèlement, l’ARCEP - l’autorité de régulation des télécoms - vient d’autoriser Orange à tester des débits descendants dans la bande L, entre 1450 et 1500 MHz, ce qui correspond à une partie du spectre dédié à la RNT... Objectif : trouver de nouvelles fréquences pour épauler les réseaux 3G et 4G des opérateurs pour le haut débit mobile.

Thierry Borde

Retrouvez l’intégralité du dossier Radio Numérique Terrestre sur mediascitoyens.org

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1548955

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site A la Une  Suivre la vie du site Dossier : La Radio Numérique Terrestre   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2c + ALTERNATIVES

Creative Commons License