MediasCitoyens

Le Forum de l’Education Populaire et de l’Engagement en Rhône-Alpes (1)

Le 13 avril 2013, la Région Rhône-Alpes organisait le Forum de l’Education Populaire et de l’Engagement. Plus de 200 acteurs de l’éducation populaire rhônalpine sont venus échanger sur leurs projets, leurs valeurs et leurs pratiques au service de l’engagement et de l’émancipation citoyenne.

Parce qu’ils sont acteurs à part entière de cette éducation citoyenne, les médias du réseau MédiasCitoyens étaient présents avec un dispositif multimédia dédié : plateau tv – radio, « live blogging ». Au programme : interviews, commentaires et portraits d’acteurs ainsi qu’une grande émission de clôture, comme synthèse de cette grande journée de réflexion, diffusée en direct.

Ce compte rendu multimédia a été co-réalisé par l’ensemble des médias participants : Couleurs FM, Esprits Critiques, Ex-pression, le Lyon Bondy Blog, O2Zone TV, Pourparlers, Radio d’Ici et la revue Sens Public.

Mode d’emploi
Cette première partie du compte-rendu global du Forum de l’Education Populaire est établie à partir des productions collectives des médias précités. Il mêle contenus télévisuels, radiophoniques et de presse écrite.
Le dispositif multimédia :

- Open plateau : tout au long de la journée, des participants au forum viennent témoigner au micro et devant les caméras.

- Live Blogging : Une douzaine de jeunes « blogueurs » du Lyon Bondy Blog et d’Esprits Critiques commentent à chaud les atelier du forum. Des « tweets » sont envoyés régulièrement, des articles sont produits en direct sur le site du LBB

- Emission spéciale : une heure en direct et en public, pour clore le forum et tenter de dresser une première synthèse des travaux avec l’intervention d’acteurs de l’éducation populaire, de Jean Bourrieau, chercheur en sciences de l’éducation et de Lela Bencharif, vice-présidente de la Région Rhône-Alpes.

- Couverture presse écrite : circulant librement au gré des ateliers, butinant de-ci de-là l’essence même des débats, le site d’informations "Pourparlers" a produit des articles de synthèse que nous citons largement ici.
Conséquence : un compte-rendu global riche et dense dans lequel vous pourrez naviguer à partir de l’onglet "Navigation rapide" en haut à droite de cette page.
L’intégralité des contenus cités est accessible grâce aux liens vers les sites des médias producteurs.
Une seconde partie sera très bientôt publiée, avec la vidéo de la grande émission de clôture...

Organiser un forum de l’éducation populaire, engager une réflexion entre acteurs, chercheurs et institutions sur ses valeurs et ses pratiques, répond sans aucun doute à la nécessité de la réinterroger. Nul hasard d’ailleurs si le grand témoin de cette journée est Jean Bourrieau, auteur d’un ouvrage intitulé "L’éducation populaire réinterrogée" (L’Harmatan, 2001). Cette volonté marque aussi l’urgence de réaffirmer la nécessité de l’éducation populaire en cette période particulièrement difficile. C’était en substance le sens du message d’accueil du président de Région, Jean-Jacques Queyranne :

(extrait)

(Vidéo : Lyon Bondy Blog)

Constats (Jean Bourrieau, Jamel Rami)

Dans l’émission (bientôt en ligne) qui clôtura cette journée du 13 avril à l’Hôtel de Région, Lela Bencharif, vice-présidente du Conseil Régional de Rhône-Alpes, reviendra aussi sur ses motivations et ses attentes en tant qu’organisatrice du forum. Mais tout d’abord, commençons avec Jean Bourrieau par définir l’objet de la journée : l’éducation populaire, l’engagement...

Vous pouvez aussi écouter l’introduction de Jean Bourrieau en assemblée plénière sur le site du Lyon Bondy Blog

Dans cet entretien, Jean Bourrieau explique les difficultés actuelles de l’éducation populaire et de ses composantes à se lier à de nouvelles formes et de nouvelles pratiques. Pour lui notamment, "la sur-professionnalisation a fait perdre de l’intelligence collective aux associations (...) l’un des grands défauts de l’éducation populaire aujourd’hui est d’avoir oublié les dimensions du bien-être et des gens..."

Jamel Rami, militant : "l’éducation populaire est en panne"

C’est d’ailleurs sur ce type de constat, empirique cette fois, que la journée avait commencé sur le plateau MédiasCitoyens avec la visite de Jamel Rami. Militant associatif et syndicaliste, il regrette l’inaction des structures de l’éducation populaire dans l’accompagnement des chômeurs. L’éducation populaire a eu en effet du mal à s’adapter aux réalités sociales de la précarité et du chômage, tout comme elle semble rester à l’écart de nouveaux mouvements porteurs de ses propres valeurs. Ainsi, évoquant le mouvement des Indignés, Jamel souligne que "les vieilles structures n’ont pas réussi à s’adapter à ces publics, et à fédérer avec eux pour leur donner les moyens logistiques, matériels, philosophiques". Et de conclure : "c’est une vieille dame... il faut parfois bousculer les choses !"

Des pistes de travail : les ateliers

Pendant notre entretien avec Jamel Rami, les ateliers commencent. Six au total dans la journée, déclinés autour de trois axes : "Les pratiques de l’éducation populaire au service des territoires et des habitants", "Transmettre, former, renouveler", "Quels modes de gouvernance et quels projets de coopération ? ".

Atelier 1 : Le Jardin partagé comme outil de mobilisation en zone rurale et urbaine

Lydia Di Rosa et Simon Morvan étaient les envoyés spéciaux du Lyon Bondy Blog sur cet atelier :

(article à lire sur lyonbondyblog.fr)

« Interaction », « échange », et « fabrication de réflexions collectives » ; voici les maîtres mots de ce premier atelier du forum de l’éducation populaire.
Il ne s’agit pas de parler de tomates et de se mêler des salades des autres, nous sommes bien au cœur d’un problème sociétal qui touche malheureusement beaucoup de grandes mégalopoles.
Nexes : la réappropriation citoyenne de l’espace urbain
A peine arrivés, nous voici déjà confrontés aux problèmes de l’espace, de l’aménagement urbain et du jardin collectif Barcelonais. Julie, représentante de l’association « Nexes », nous explique que la restructuration urbaine a amené sa ville à détruire de nombreux immeubles. Malheureusement, la crise et l’inflation des prix des loyers ont favorisé la mise à l’écart d’une tranche de la population, mais aussi la réutilisation des « solar » en tant qu’espaces d’échanges, en tant que jardins collectifs. Ces espaces verts sont un lieu de reconnexion mais aussi de transfert de compétences (...)
Vivre ensemble : « Le jardin des possibles » et du renouveau
Cette question de l’échange, de la socialisation n’est pas propre à l’Espagne. Cette cause se retrouve en France, et plus précisément en Savoie, à travers l’association « Vivre ensemble ».
A la différence de Nexes et de ses jardins « temporaires », Vivre ensemble bénéficie de terrains municipaux. Autant dire que le problème de visibilité n’est pas traité de la même façon.
A l’instar de notre association espagnole, Vivre ensemble est une association actuellement soutenue, non seulement par la communauté, mais aussi par le politique. Par ailleurs, sa structure se caractérise par la mise en place de trois comités de concertations : le comité de pilotage (mairie, commune), le comité technique et le comité des jardiniers.

Lire la suite sur lyonbondyblog.fr
Lydia Di Rosa, Simon Morvan - Lyon Bondy Blog

A noter aussi à ce sujet, les assises régionales des jardins partagés qui se dérouleront le 16 mai prochain à la Région Rhône-Alpes.

Atelier 2 : Comment organiser le renouvellement permanent dans un réseau ?

Ce second atelier présentait le MRJC (Mouvement rural de la jeunesse chrétienne). Au micro de Marielle Imbert (Ex-Pression) et de Patrice Berger (Radio d’Ici), Alexis Monnet explique comment ce mouvement historique réussit sans cesse à se renouveler.

Atelier 3 : Comment favoriser les projets de coopération sur un territoire ?

Jean-Pierre Jusselme, du site Pourparlers, résume ainsi cet atelier :

"L’atelier 3 s’interroge sur les moyens et la logique inter-associative. On retrouve l’Ecole des Parents et des Educateurs de l’Ardèche avec un « service itinérant de soutien à la fonction parentale », la Fédération Oeuvre Laique de Haute-Savoie active dans les classes et les centres de vacances. On croise Paul Hallé, animateur de la séance ou M. Abdelkader Zennaf, trésorier de l’association le Grain. Colette Chapelet, co-présidente d’Accès Romans et secrétaire générale du Comité régional des Universités populaires de Rhône-Alpes, exprime son souci de « favoriser les projets passerelles entre les différents publics ». Une question sera récurrente : la mobilisation des nouvelles générations..."

Lire l’article complet sur pourparlers.eu

"Les participants se prennent au jeu et les différentes tables rondes apportent leurs propositions, poursuit Lucien Boddaert sur le lyonbondyblog.fr. L’idée de l’exercice est de créer un dialogue et une synergie entre des structures différentes, ce qui ne va pas toujours de soi.

Lire l’article complet sur le Lyon Bondy Blog

Atelier 4 : Comment inciter à la rencontre et à la prise de parole à travers le cinéma et le théâtre Forum ?

L’Atelier 4, "propose le témoignage de l’association "A bientôt j’espère" autour du cinéma documentaire", écrit Jean-Pierre Jusselme dans Pourparlers. "Cette idée de séances gratuites et privées donne l’occasion de prendre du recul face à une société, inondée par toutes sortes d’images. Rentrer dans ce monde du cinéma documentaire, c’est se donner la chance d’accéder à une autre vision de l’art et de l’art visuel dans notre monde, commentent Lydia di Rosa et Simon Morvan pour le Lyon Bondy Blog. Kaleidoscopio, poursuit J.P. Jusselme, utilise le théâtre comme moyen de lutte et de prise de conscience à partir de la méthode développée par Augusto Boal dans le Théâtre de l’opprimé, organise des séances de théâtre afin de permettre aux jeunes d’exorciser leurs peurs et de leur apprendre à affronter des obstacles." "Le collectif Synaps audiovisuel propose également un « Cinéma Voyageur », studio de projection ambulant qui sillonne la France, notent encore Lydia et Simon du LBB. Il diffuse librement et gratuitement sous chapiteau des documentaires sur les places des villages ou lors d’évènements. L’université populaire « Le château dans le ciel » propose également des ateliers d’expression théâtrales et d’improvisation clownesque afin de développer une résistance militante par le rire (...)"

(Lire les articles sur le Lyon Bondy Blog et sur pourparlers.eu)

Atelier 5 : Favoriser l’engagement et la prise de responsabilité des jeunes

"L’atelier s’est articulé autour de l’association MIETE qui promeut la démocratie participative, et de l’association pour la justice sociale Aequitaz.", écrit Vivien Coronel de l’association Esprits Critiques dans les colonnes du Lyon Bondy Blog. Avec pour objectif de générer des idées visant à promouvoir l’engagement de la jeunesse, un travail par groupes permet de faire naître quelques propositions : " telles que la promotion du volontariat dans les lycées, ou la création de sections jeunesse dans les grandes associations." (lire l’article sur le Lyon Bondy Blog). L’expérience de MIETE sera plus amplement abordée dans l’émission finale.

Atelier 6 : L’inter associatif comme fondement du projet.

L’atelier 6 mettait en valeur les expériences collectives de "Locaux Motiv" (association qui gère un lieu d’accueil mutualisé dans le quartier de la Guillotière à Lyon) et de "Villeneuve Debout", un collectif inter-associatif du quartier de la Villeneuve à Grenoble.

Alain Manac’h, représentant du collectif grenoblois était au micro de Patrice Berger :

Education populaire et engagement : une préoccupation régionale transversale ?

Jean Bourrieau l’a répété durant la journée : "l’éducation populaire n’est pas un secteur, elle est une démarche". Aussi, si elle est devenue une des compétences à part entière de la vice-présidence régionale de Lela Bencharif (complétant logiquement les champs de la vie associative et de la démocratie participative), on peut imaginer que l’éducation populaire soit néanmoins une préoccupation à part entière de nombreuses politiques régionales. C’est en tout cas ce que confirment Sarah Boukaala, Sarah Peillon et Yann Crombecque, trois conseillers régionaux venus participer au forum. "Parmi les engagements que nous, élus de la majorité, avons pris il y avait l’organisation de ce grand forum pour réfléchir avec les acteurs de l’éducation populaire à ses pratiques, ses démarches et à ses valeurs", explique notamment Sarah Peillon.

Rencontres d’acteurs

L’"open-plateau", comme son nom l’indique, était ouvert aux dialogues les plus divers avec les acteurs venus participer aux ateliers. L’occasion de présenter certains d’entre eux, au hasard des rencontres...

Radio Wüste Welle

Mais tout d’abord, une rencontre qui ne doit rien au hasard, elle était tant souhaitée que nous avions même demandé à Carsten Girke, de la radio libre allemande Wüste Welle (à Tubingen dans la région du Bade-Wurtemberg) de venir couvrir avec nous ce forum. Pourquoi ? Simplement parce que les radios libres en Allemagne font aussi un travail d’éducation populaire et qu’il est important de confronter les points de vue et pratiques de nos médias dans ce domaine, nous inscrivant totalement en cela dans la dimension européenne du forum (Nous avons pu découvrir plus haut le théâtre forum des italiens de "Kaleidoscopio", et les jardins partagés de "Nexes" en Espagne).

A quoi ressemble donc une radio libre en Allemagne ? Les réponses avec Carsten Girke, au micro de Patrice Berger et de Jean-Philippe Bonan.

Delphine et Yoann Duriaux : numérique et éducation populaire.

Rencontre avec deux figures stéphanoises du numérique collaboratif : les "concierges Duriaux", comme il se dénomment eux-mêmes mettant l’accent sur le lien social généré par cette fonction.

Où l’on comprend ce qu’est un tiers-lieu, comment on fabrique des ordinateurs dans des jerricanes, et où l’on perçoit clairement le lien entre numérique et éducation populaire...

Le Collectif C-Nous

Le collectif "C-Nous" est un regroupement d’associations qui développent la pratique de la danse hip-hop à Grenoble et sur la région Rhône-Alpes. Sa représentante, Cristèle Bernard, était au micro de Marielle Imbert et de Jean-Philipppe Bonan.

Où l’on comprend que la danse hip-hop est aussi un outil d’éducation populaire qui manque cruellement de moyens...

L’association Créer Ensemble

Inscrit au forum de l’éducation populaire et de l’engagement, Claude Galaud est venu présenter son association : "Créer Ensemble un environnement vital". Son objectif : utiliser les sciences cognitives au service du vivre ensemble et de la transformation sociale.

Retrouvez tous les articles dans la rubrique Forum de l’éducation populaire

Prochainement : En vidéo, une grande émission de synthèse enregistrée le samedi 13 avril 2013 pour la clôture du Forum de l’Education Populaire.

Mercis !
Merci à toutes les personnes, structures et institutions qui ont permis cette couverture multimédia :

- Le Conseil Régional Rhône-Alpes dont les élus et les services nous ont fait confiance et ont œuvré avec nous pour la bonne réalisation de cette belle expérience.

- Kaléidoscope, qui a aidé à l’organisation du forum et pour sa collaboration active au dispositif MédiasCitoyens. (Lire un article de présentation de la Scop sur lyonbondyblog.fr.)

- Et enfin, bien-sûr, tous les participants des médias (Couleurs FM, Esprits Critiques, Ex-pression, le Lyon Bondy Blog, O2Zone TV, Pourparlers, Radio d’Ici et la revue Sens Public) : Agnès Maury, Audrey Moine, Marielle Imbert à la réalisation tv, Laurent Forcheron au son, Emeline Baume, Patrice Berger, Lucien Boddaert, Jean-Philippe Bonan, Véronique Boulieu, Marielle Imbert et Yannis Remli à l’animation plateau. Et enfin toute l’équipe des blogueurs : Lucien Boddaert, Marion Carette, Vivien Coronel, Lydia Di Rosa, Estele Gielly, Sébastien Gonzalvez, Alex Lagardere, Simon Morvan, Yannis Remli, Guilhem Rols et Camille Strecker.
Ainsi qu’un merci tout particulier à Carsten Girke d’être venu d’aussi loin à notre rencontre...