MediasCitoyens

Etat de siège

Jeudi 21 octobre 2010, le centre de Lyon est en état de siège. Des bataillons d’hommes en armes bâtissent et déplacent des frontières dans la ville, au-delà desquelles le citoyen devient hors-la-loi. Quelques centaines de personnes ont été emprisonnées pendant plus de six heures sur la place Bellecour.

Navigation rapide

Lyon, 21 octobre 2010. Le bourdonnement de l’hélicoptère au-dessus de la ville électrise manifestants, policiers et passants entre la place Bellecour, la place Guichard, la Guillotière et les universités. Combien de centaines, ou de milliers de CRS, de gendarmes mobiles forment les cordons qui retiennent prisonniers les espaces publics et leurs occupants ? Les policiers de la Bac, en civil mais engoncés dans des gilets pare-balle et parés d’une panoplie offensive impressionnante, sillonnent les rues et se postent dans les endroits stratégiques.

Ecouter le reportage de Jean-Baptiste Fribourg

Prison urbaine

Point central d’un conflit qui n’a pas lieu d’être, la place Bellecour semble lointaine, vue du bout de l’alignement de dizaines de camions de CRS bloquant les rues adjacentes. Au milieu de la place, quelques centaines de personnes, manifestants du matin, passants ou soutiens restent bloquées dans cette prison froide, haut lieu de la bourgeoisie lyonnaise transformé en lieu d’isolement pour individus potentiellement dangereux. Le piège s’est refermé. Nul ne peut sortir, ni entrer. Enfin théoriquement :

-  Vous ne pouvez pas passer, me dit un policier.
- On ne peut pas aller voir ?
- Si vous êtes un manifestant, vous pouvez y aller.
- Ah ?
- Mais alors vous ne pourrez pas ressortir...

Le temps passe pour les prisonniers, rythmé par le vol de l’hélicoptère et par d’absurdes assauts de canons à eau ou de lacrymogènes.

Le bourdonnement de l’hélicoptère est toujours là. Il filme et prend des photos paraît-il. Il électrise l’atmosphère. Il dit qu’ici, l’action citoyenne n’est plus possible. Que l’espace public n’appartient plus au peuple.

Autour de la place s’amasse une foule de témoins, militants ou simples passants offusqués par ces méthodes bien peu délicates. Ce siège de la place Bellecour dépasse d’autant plus l’entendement que les personnes munies de leurs papiers d’identité pouvaient repartir librement vers 18h00, après une fouille en règle.

Communication sécuritaire

Des casseurs, il y en a, sans doute. Comme hélas trop souvent dans les manifestations. Il y a aussi des provocations gratuites, de tous les côtés (voir la vidéo de Syvain Ortega sur le site Free Landz). Mais face aux milliers de manifestants défilant pacifiquement, le problème des casseurs reste marginal. Il pourrait sans nul doute être aisément réglé de manière plus discrète par les forces de l’ordre.

Cette méthode permet à la fois de faire pourrir la manifestation dans l’œuf et de donner une image d’apocalypse dans les médias avides de sensations. Une méthode aisée dans une manifestation de lycéens inexpérimentés...

D’une jeunesse inquiète qui demande des comptes sur son avenir et que l’on traite comme criminelle, à ses parents, révoltés par le rapt systématique des acquis sociaux, par la taxation de la pauvreté... A Lyon, jeudi 21, la lutte était présente partout, bien au-delà de Bellecour, à Feyzin, à Perrache, jusque dans le blocage du dépôt de la Banque de France (lire le reportage de Rebellyon)

Rassemblement pacifique en fin d'après-midi devant la Bourse du Travail

D’un côté, le cri du peuple. De l’autre, la communication sécuritaire. Le ministre de l’Intérieur place Bellecour. Phillipe Meunier, député du Rhône exalté, rêvant de réinstaurer la double peine ... (lire sur le site de Radio Pluriel la réaction de SOS Racisme et de la Ligue des Droits de l’homme).

Et pendant ce temps, le plus étonnant peut-être est le microcosme politico-médiatique, argumentant sur le comment de la réforme sans entendre la volonté populaire de réinstaurer un véritable régime égalitaire de répartition des richesses...

T.B.

Ecouter les reportages de Jean-Fribourg sur son "Audioblog Arte Radio"

Lire le suivi quotidien du mouvement sur Rebellyon.info


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1246729

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le monde d’ici et d’ailleurs  Suivre la vie du site Mouvements sociaux  Suivre la vie du site Retraites 2010   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2c + ALTERNATIVES

Creative Commons License