MediasCitoyens

Développement durable : vers un nouveau modèle socio-économique ?

"L’homme est né libre et partout il est dans les fers", écrivait Rousseau dans le Contrat Social... Cette phrase est sensée ne plus être vraie depuis la Révolution et l’avènement de la démocratie. Et pourtant...

Et pourtant, d’autres jougs ont remplacé les fers politiques, ceux de la contrainte économique, ceux d’un capitalisme qui a su remplacer la force politique par l’aliénation économique.

Aujourd’hui en France, plus de 3 millions de personnes sont mal ou pas logées.

Aujourd’hui dans le monde, plus de 900 millions de personnes sont sous alimentées, 963 millions exactement en 2008. Contre 923 millions en 2007. Les chiffres ne cessent d’augmenter, ainsi en 1972, l’Afrique comptait 81 millions de personnes en permanence sous-alimentées, en 2002 elles étaient 203 millions.

Aujourd’hui dans le monde, un enfant de moins de dix ans meurt de faim toutes les 5 secondes. Le calcul est simple : 720 enfants meurent toutes les heures. 17 280 meurent tous les jours...

En tout chaque année, plus de 10 millions d’enfants meurent de sous-alimentation, d’épidémies, de pollution des eaux, d’insalubrité...

Lire la suite

Les chiffres sont propres et lointains. Quelques signes noirs sur une page blanche. Abstractions vite refoulées par notre inconscient. Mais la réalité qu’ils représentent est sale. Faite de mort, de sang, de larmes, de faim, de misère, de guerre, de peur, de honte. De charniers sans cesse renouvelés.

Toutes les 4 minutes, quelqu’un devient aveugle par manque de vitamine A.

Et pourtant, aujourd’hui, selon la FAO* la terre pourrait nourrir 12 milliards d’êtres humains... 2 fois le monde entier : nous sommes actuellement un peu plus de 6 milliards.

Alors qu’environ 2 milliards de personnes gagnent moins d’un euro par jour, 1% de la population la plus riche gagne autant d’argent que les 57% les plus pauvres...

Les 500 plus grandes sociétés du monde contrôlaient en 2006 plus de 57% du produit mondial brut, c’est à dire plus de la moitié de toutes les richesses mondiales.

37 pays africains sur 52 sont presque entièrement agricoles mais aucun ne peut se nourrir du produit de son agriculture. Dans ces pays, les systèmes combinés de la dette, du dumping et de la pauvreté organisée ne permettent même plus aux agriculteurs de se nourrir eux-mêmes.

Nous pouvons produire aujourd’hui plus de richesses qu’il n’en faudrait pour nourrir deux fois la population mondiale, mais cette richesse est entre les mains de quelques uns qui pensent que leurs fortunes dépendent de la misère des autres. Nous le savons, ils le savent, cette richesse permettrait de sauver par exemple plus de 10 millions d’enfants par an si elle était mieux répartie. Mais cette inégale répartition est volontairement organisée. Il ne s’agit plus de non assistance à personnes en danger par ignorance, il s’agit réellement de crimes avec préméditation.

Et comme s’il ne suffisait pas de tuer ainsi des millions d’êtres humains tous les ans, les mêmes sociétés transcontinentales qui organisent le pillage massif des richesses du monde, planifient aussi la destruction progressive de la planète. Le réchauffement climatique devient même l’objet de spéculations et de nouvelles perspectives économiques. Elles pillent les sols et sous-sols du monde entier, brevètent le vivant, c’est à dire se l’approprient, elles empêchent les plantes de se reproduire afin de mieux vendre leurs semences, ou clonent des espèces afin d’en avoir la propriété...

Longtemps la croyance aveugle au progrès nous a empêché de voir ces réalités. Les démarches productivistes - tout à fait légitimes d’ailleurs à l’époque - d’après-guerre devaient permettre de nourrir le monde entier et elles sont parvenues à leurs fins. En termes quantitatifs du moins. Sauf que cette production a été confisquée et qu’une grande partie du monde n’a jamais rien vu venir...

Jean Ziegler appelle ce système-monde "l’empire de la honte"**. La crise financière et ses conséquences l’a révélé encore plus clairement. Les banques et sociétés transcontinentales ont reçu plus d’argent pour les aider qu’il n’en faudrait pour résorber la sous-alimentation. Qu’il n’en faudrait pour sauver des millions d’enfants...

Les injustices inhérentes au système économique actuel apparaissent au grand jour, la crise a fissuré l’image tronquée que l’on nous donnait du monde, laissant apparaître une réalité indigne.

C’est dans ce contexte que se sont déroulées à Lyon les 5émes Assises Nationales du Développement Durable les 19, 20 et 21 janvier 2008. Des assises où les discours manipulateurs sur une "croissance verte" se sont estompés pour laisser place aux discours de réalité d’Aminata Traoré, de Ricardo Petrella ou de Patrick Viveret. Plus question de "produire plus mais plus propre" pour préserver les intérêts des puissants, mais au contraire de produire moins et mieux, pour mieux nourrir le monde. Plus question de privatiser, mais au contraire de préserver le vivant et de rendre publics tous les biens vitaux. Plus question de spéculer, mais au contraire de reconsidérer notre richesse avec d’autres critères, humains ceux-là. Plus question, avec les pays africains, de donner un peu d’une main pour reprendre beaucoup de l’autre, tout en se donnant bonne conscience avec quelques actions caritatives ; mais d’étudier un juste système de répartition des richesses.

Ces 5émes assises nationales du développement durable n’étaient peut-être qu’une petite bulle. 3 jours à Lyon avec des penseurs et acteurs éclairés. Mais elle était. Organisée de plus par la représentation politique de la plus grande région de France. Une petite bulle peut-être mais pleine d’espoir.

Ce même espoir qui s’est répandu encore un peu plus dans le monde la semaine dernière avec le Forum Social Mondial de Belem en Amazonie et en France le 29 janvier avec une mobilisation sociale de grand ampleur.

TB

Ecouter les émissions produites par les radios associatives rhônalpines à l’occasion des Assises du développement durable.

Emissions partie 1 (production collective CRANC-RA)

Emissions partie 2 (production collective CRANC-RA)

* FAO : Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture

** Jean Ziegler : L’Empire de la Honte. Livre de poche, 2007. Lire l’article sur Jean Ziegler sur Wikipédia


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1240815

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le monde d’ici et d’ailleurs  Suivre la vie du site Ecologie  Suivre la vie du site 5èmes Assises Nationales du Développement Durable   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2c + ALTERNATIVES

Creative Commons License